La Bretagne, ces centaines de kilomètres de côtes, ses marées bleues, ses marées vertes et ses marées noires…

A la fin de l’année dernière, le TK Bremen (pavillon maltais) s’échoue sur les côtes sud du Morbihan, à Erdeven. La tempête Joachim a frappé et le cargo a trépassé … Une nappe de pétrole d’un kilomètre de long sur cinq mètres de large s’est échappée... Heureusement (si on peut dire...) sa cargaison se résume à ses eaux de ballast, (qui permet d’équilibrer le bateau lors de l’absence de marchandises)… ses 180 tonnes de fuel et 40 tonnes de gazole (nécessaires au bateau). Une petite marée au regard des autres que la Bretagne a déjà vécues…



Car, ce n’est pas la première et ce ne sera surement pas la dernière…

Les côtes bretonnes ont connu de nombreux épisodes de dispersion d’or noir dont certaines avec des quantités de pétrole conséquentes…

En 1967, le pétrolier Torrey Canyon s'échoue dans le sud de l'Angleterre. 120 000 tonnes de pétrole polluent les côtes anglaises et bretonnes. C'est la première grande marée noire de l'histoire... .
En 1978, l'Amoco Cadiz coule devant Portsall dans le Finistère Nord et arrose la côte de plus de 220 000 tonnes de brut.
En 1999, c’est la côte sud qui trinque… le pétrolier maltais Erika, chargé de 31 000 tonnes de fuel lourd se casse en deux au large de la pointe de Penmarc'h, dans le Finistère.

Le Torrey Canyon, immatriculé au Libéria, s'échoue un rocher et fuit. C'est la première marée noire et on ne sait même pas que ça peut arriver. On ne sait pas non plus faire... On utilise des dispersants, on enflamme ce qui reste de la cargaison, on envoie même d'abord des bombes, puis du gasoil et du napalm pour que tout le pétrole brûle... Mais le pétrole est coriace et se faufile jusqu'à la côte bretonne...

L’Amoco Cadiz, lui aussi immatriculé au Liberia, provoquera une marée noire considérée comme l'une des pires de l'histoire.
J’étais toute jeune à l’époque, en vacances chez mon ami François, à Trébeurden et je me souviens d’un oiseau mazouté… que quelqu’un avait essayé de nourrir avec un poisson et qui avait tout vomi….
Quand on lit la chronologie du naufrage du supertanker… entre l’attente des accords des assureurs, l’attente des remorqueurs qui ne sont pas assez puissants ou dont le matériel casse et l’état du pétrolier,… ca fait réver et on imagine sans peine la suite… à venir… La presque totalité de la cargaison se déversera … dans l’océan et sur le littoral.
Le pompage des hydrocarbures ne sera pas possible à cause de la tempête, le bateau se cassant en deux. Il faudra des dispersants pour diluer le pétrole dans la mer et limiter les dégâts sur la côte. 220 000 tonnes de pétrole brut* et 3 000 tonnes de fuel (pour le fonctionnement du bateau) se retrouveront sur 400 km de côtes bretonnes. La faune et la flore sont évidemment gravement touchées et cette marée noire permettra une prise de conscience, un procès et une amélioration de la logistique (modernisation des phares notamment qui n’avaient pas de radar) « en vue des prochaines catastrophes »…

La deuxième grosse catastrophe a lieu en 1999. L’Erika, pétrolier battant pavillon maltais, transporte 37 000 tonnes de fuel lourd**. Là encore, tempête et état du bateau font le reste. Le pétrolier se fend et les deux parties coulent au large à une dizaine de kilomètres l’un de l’autre. Une partie de la cargaison ira rejoindre les côtes et une autre sera pompée en pleine mer. Une fois encore, cette marée noire enclenchera procès et évolution de la législation.
J’étais allée avec des amis sur les côtes du Morbihan aider à nettoyer les plages. Je n’ai œuvré que quelques petites heures et ramassé des petites boulettes mais je me souviens surtout du mal de tête que j’ai eu très vite…
Espérons que le TK Bremen laissera moins de traces…

*Pétrole brut : Le pétrole est une huile minérale composée majoritairement d'hydrocarbures. C'est le pétrole qui est à l'origine des différents carburants comme le fuel, l'essence, le gazole, le kérosène ou le GPL. ** Fuel lourd : ou fiouls lourds combustibles par les moteurs des navires ou servant pour les centrales thermiques.

 


Partagez-le sur Facebook Tweetez-le ! S'abonner à ce blog ? Envoyer cet article à un ami ? Le soumettre à Netvibes Ajoutez-le à Google Bookmarks