Rennes Métropole a déjà tout ou presque… un aéroport, une gare TGV, un métro et des vélos… Et de grandes idées… Mais pas de centre des congrès. Une capitale régionale sans congressistes, vous avez vu ça où, vous ?
Oui, Rennes n’en a pas… elle accueille des foires immenses (le SPACE pour ne pas le nommer) dans sa proche banlieue mais rien dans le centre-ville pour les grands messes…

Centre des congres de Rennes en 2016


Mais c'est chose faite... Rennes va se hisser parmi les grands ! En 2016, la capitale bretonne va pouvoir s’enorgueillir d’un centre de congrès digne de ce nom!!! C’est le couvent des Jacobins qui a été retenu pour abriter ce nouvel équipement. Cet ancien bâtiment, appelé aussi couvent de Bonne Nouvelle, est bien placé : au cœur de Rennes (à quelques mètres de la fameuse rue de la soif) desservi par le métro Sainte Anne (qui vous reliera en quelques minutes au TGV) sur la place du même nom.

Le couvent crée par les Dominicains de Dinan date du milieu du XIVè siècle. Il fut un lieu de pèlerinage. Un centre de formation réputé pour ses cours de théologie dispensé par Albert le Grand et saint Thomas d’Aquin avec une bibliothèque qui posséda jusqu’à 5000 volumes. La Révolution Française laisse sa trace en l’affectant à l’armée qui transforme en 1793 les édifices en caserne. Classé monument historique depuis 1991 et vendu par l’armée en 2002 à Rennes Métropole, le couvent a abrité des biennales d'art contemporain de Rennes en 2008 et en 2010.

Le couvent des jacobins palais de congrès de Rennes


C'est ici que l’Ordre de l’Hermine est né en 1382 et qu'Anne de Bretagne s'est fiancée avec le roi de France de Charles VIII en 1491.

Le site a été retenu par les élus de Rennes et de Rennes Métropole pour accueillir le centre des congrès et Jean Guervilly désigné comme architecte du projet. Avec une valorisation de la partie ancienne (qui accueillera une vingtaine de salles modulables), une mise en valeur des façades et certaines ouvertures d’origine. Une restauration du portail et du logis du prieur. Dans la partie moderne, reliée par le rez de chaussée au bâtiment historique, sont prévus deux auditoriums (de près de 1000 places et un autre de 300 places) avec les espaces de restauration correspondants…
Le centre devrait accueillir congrès, réunions et spectacles. Et les touristes pour le côté patrimonial du site. Tout doit être prêt pour 2016.