Recette végétarienne de beignets aux fleurs de sureau noir cueillies le long du canal d’Ille et Rance (Ille et Vilaine, Bretagne)

Voici une recette à faire en mai ou juin quand les sureaux sont en fleurs.

Fleurs de sureau

Le sureau est un arbre qu’on trouve partout en Bretagne, dans les haies, le long des chemins, en ville, sur la côte, bref il n’y a qu’à se baisser ou lever la tête pour cueillir ses fleurs. Profitez d’une balade pour aller en récolter et choisissez bien votre lieu de cueillette : en mai, explorez plutôt un bout de canal. Le long du canal d’Ille et Rance, j’en ai trouvées. En juin, promenez vous le long du sentier des douaniers, je les ai récoltées dans la baie de Lancieux (côte nord à quelques kilomètres de Dinard), les sureaux fleurissent plus tard en bord de mer.

Il existe plusieurs sureaux, mais celui qui nous intéresse, c’est le sureau noir, un arbuste de 2 à 5 mètres de haut, souvent considéré comme une plante parasite parce qu’il est très difficile de s’en débarrasser dans les jardins. Le sureau noir fleurit en mai et juin en grosses grappes de fleurs très fines blanches (quelques millimètres), qui sentent bon et dont le pollen est jaune, crème.

Comme il existe un autre sureau qui est toxique, il faut malgré tout être vigilant, mais le sureau hièble est une plante plus petite (un mètre) à fleurs blanches et roses et qui sentent mauvais.

Le sureau noir est une espèce très répandue en Europe et en Bretagne.

sureau en fleurs

Ces fleurs se transforment en baies noires avec lesquelles on fait gelées, sirops, vin et même bière aromatisés (produites en Bretagne, évidemment). Mais ça, c’est pour plus tard, quand les baies seront mûres. Donc faites votre balade et cueillez ces grappes de fleurs blanches. Prenez les avec des queues, c’est plus facile pour la cuisson, mais coupez les une fois le beignet réalisé, ce n’est pas le meilleur, cette tige verte.

Recette de beignets (salés) à la fleur de sureau pour une vingtaine de grappes de fleurs

Ingrédients

180 g de farine

1 œuf

100 ml de lait

un sachet de levure
200 ml d’eau
Un à deux bouchons de rhum

Mélanger tous les ingrédients et laisser reposer une à deux heures.

Préparer votre huile (friteuse ou casserole). Pour savoir si l’huile est prête à recevoir les beignets, laisser tomber une goutte de pâte dedans. Si la goutte remonte, l’huile est assez chaude et vous pouvez commencer. Prenez une grappe de fleurs par la queue, trempez la bien dans la pâte.

La pâte doit être bien liquide pour bien épouser les petites fleurs du sureau et ne pas faire un gros beignet qui noierait la saveur des fleurs. Mettez la grappe dans l’huile, et dès qu’elle dore, retournez-la. Quand elle est dorée des deux côtés, ça prend entre une minute et deux, égouttez-la sur du sopalin. Une fois tous les beignets cuits, couper les tiges et servez chaud. Je les mange en légumes avec une salade verte, on peut aussi les manger avec une viande.

Comme il me restait des fleurs, j’ai décidé le lendemain de tenter la version sucrée.

C’est facile, on prend la même recette, et on sucre une fois les beignets cuits. Mais je préfère les salés, le sucre masque le goût de la fleur, c’est dommage. Les beignets sont bien meilleurs si la couche de pâte recouvrant les fleurs est fine, (d’où la nécessité d’une pâte liquide). Sinon ce sont des beignets mais pas des beignets de fleurs !!!!

Bonne balade, bonne cueillette et bon appétit.

Lire cet article en anglais : French vegetarian recipe of fritters made of elders flowers

Partager :

4 réflexions au sujet de “Recette végétarienne de beignets aux fleurs de sureau noir cueillies le long du canal d’Ille et Rance (Ille et Vilaine, Bretagne)”

  1. Je ne cherchais pas cette recette mais finalement je me suis arrété dessus. J’ai mangé des beignets de fleurs de courgette, je trouve que, avec une petite pate fine, c’est très bon… Ces beignets là, je ne connaissais pas… mais ca m’a l’air pas mal du tout… le sureau, y en a partout, je devrais bien un de ces week ends me lancer dans la ceuillette et tenter….

    Répondre
  2. Il faut se méfier du sureau… Les baies quand elles ne sont pas mures sont toxiques… Et c’est un arbre qui installé a tendance à faire des rejetons et envahir le jardin. pas facile de s’en débarrasser. j’en ai un qui pousse dans le jardin et je n’en veux pas mais je n’arrive pas à l’éliminer ! Un conseil, mieux faut aller récolter les baies ou les lfeurs sur la côte bretonne (il y en a plein) que laisser le sureau s’installer chez vous ! Bonne soirée

    Répondre
  3. C’est vrai qu’on mange le sureau à toutes les sauces aujourd’hui… en boisson, en beignets, en confiture…. en vinaigre. Un arbre qui recèle bien des recettes cachées… et qui est facile à trouver, en tout cas le long du canal d’Ille et Rance, il y en a pleins !

    Répondre
  4. Toutes ces recettes à base de lfeurs sauvages ont le vent en puope. Les recettes végétarienne aussi. Je n’aurais pas pensé à les faire en beignets salés, c’est vrai que ca change ! Il faut tout de même être vigilant et cueillir les fleurs dans des endroits ou on est sur qu’elles n’ont pasété aspergé de pesticides… Bref, des endroits où l’homme ne laisse pas trop sa trace !

    Répondre

Laisser un commentaire