Le cimetière de l’Est à Rennes

En ces temps de Toussaint et de 11 novembre, pour rester dans l’ambiance, j’avais envie d’aller découvrir une tombe « insolite » dont j’avais entendue parler dans un magazine… au cimetière de l’Est. Peut-être que mes souvenirs m’ont trahi ou alors que je n’ai pas bien cherché (il y a 29000 emplacements), mais je ne l’ai pas trouvée. Ni vu le gardien d’ailleurs. Par contre, j’ai visité et j’ai découvert le cimetière de l’Est…

Le cimetière de Rennes

Il y a deux cimetières à Rennes : l’un est à l’Est et l’autre au nord. C’est le premier, le cimetière de l’Est qui est LE cimetière de Rennes. Par la taille déjà, un peu plus de 16 hectares et quelques 130 000 personnes y reposent… et parmi elles, certaines figures marquantes, des illustres Rennais(es), les maires Henri Fréville (1905-1987), François Château (1886-1965), Jean Janvier (1859-1923)…, le résistant, député et Ministre Charles Tillon, les artistes sculpteur Jean Boucher … ou peintre Camille Godet.

Créé en 1887, il était loin du centre de la ville à l’époque.. Aujourd’hui, il est au centre d’un carrefour très fréquenté, parmi les classiques fleuristes et les non moins traditionnelles pompes funèbres, entre un quartier pavillonnaire et des immeubles. L’urbanisation croissante de la capitale bretonne l’a rattrapé.
C’est un architecte bien connu à Rennes qui l’a pensé, Jean Baptiste Martenot !

L’entrée est monumentale et on aperçoit tout de suite, au fond du cimetière, en suivant l’allée centrale, le carré militaire où reposent plus de 2000 soldats. Les alignements des tombes des combattants français, avec leurs croix sobres et blanches.

Tombes des soldats français au cimetière de l'Est

A l’une des extrémités de ces alignements, se trouvent les sépultures des soldats allemands, marquées par des croix grises et plus épaisses.

Soldats allemands au cimetière de Rennes

Certains ont peut être été déplacés et enterrés dans ce qui est aujourd’hui le parc des Hautes Ourmes (qui était alors appelé le bois des Allemands)…

Et à l’autre extrémité, ce sont les combattants du Common Wealth avec leurs pierres rectangulaires qui reposent ici.

Entre tous ces morts tombés pendant les deux dernières guerres mondiales, d’autres croix alignées dans l’autre sens… Des noms de femmes… J’ignorais qu’il y ait eu des dames dans l’armée à l’époque… En me rapprochant de la plaque commémorative, je découvre qu’il s’agit des victimes des bombardements de Rennes de la deuxième guerre mondiale

Plus loin une plaque pour les tombés de l’Outre-Mer.

La guerre, les guerres ont une place importante dans le périmètre du cimetière et on peut même participer à l’entretien des tombes…

Dons aux soldats

Il y aussi des carrés confessionnels musulman et israélite.

Tout autour du mur en pierre qui ceint le cimetière, des tombes « blanches », très émouvantes… avec des statues d’anges, des fleurs blanches, des dates qui se résument à une année ou presque… les enfants meurent aussi.

Le cimetière était très fleuri (c’est l’époque). Les tombes des particuliers … mais aussi les tombes des soldats : sur chacune d’elle avait été déposée une fleur…

Je n’ai pas trouvé grande info sur ce lieu qui a pourtant plus d’un siècle…Le cimetière a changé puisqu’il n’accueille plus uniquement des concessions qui mobilisent la terre pendant quelques années… voire 100 ans… Il y a un colombarium (où l’on conserve les urnes funéraires), un jardin du souvenir… et des concessions à vendre. Les pratiques funéraires évoluant, on se tourne plus vers la crémation aujourd’hui. Le colombarium en est une preuve … ! Un cimetière reste un cimetière et un lieu chargé de tristesse !

Lire cet article en français : Commonwealth cemetery in Rennes France

Partager :

9 réflexions au sujet de “Le cimetière de l’Est à Rennes”

  1. tu imagines bien qu’en Lorraine,et particuliérement en Meuse,les cimetiéres militaires sont nombreux ,mais est-ce parce que j’ia l’habitude d’en rencontrer ,mais de voir les différentes nationalités arpenter les immenses cimetiéres,et discuter ensemble ca donne une note d’optimisme.Tu vas sur Verdun et tu as l’impression que toute l’Europe est là.Les bus allemands sont là,emmenant les écoliers qui rencontrent les écoliers francais.

    Répondre
  2. Oui, je suis allée à Verdun, j’ai été très touchée ! Par les cimetières et les traces que portent encore le paysage…. de l’impact des bombes…. Le soldat enterré debout… Bref, c’était très impressionnant !

    Répondre
  3. Ton article sur ce cimetière est en effet d’actualité et nous ne devons pas oublier notre devoir de mémoire surtout à l’égard des jeunes générations. Je ne savais pas qu’autant de soldats reposaient dans un cimetière de Rennes… Merci Shuki

    Répondre
  4. Je connais bien ce cimetière où reposent des membres de ma famille. Les cimetières sont des lieux à la fois tristes et reposants. Ils sont beaux à la Toussaint avec toutes les fleurs. Par contre j’ai toujours du mal à regarder les tombes des enfants, cela semble tellement injuste.
    Mais au fait quelle tombe cherchais-tu ?

    Répondre
  5. Je connais bien ce cimetière où reposent des membres de ma famille. Les cimetières sont des lieux à la fois tristes et reposants. Ils sont beaux à la Toussaint avec toutes les fleurs. Par contre j’ai toujours du mal à regarder les tombes des enfants, cela semble tellement injuste.
    Mais au fait quelle tombe cherchais-tu ?

    Répondre
  6. Je connais bien ce cimetière où reposent des membres de ma famille. Les cimetières sont des lieux à la fois tristes et reposants. Ils sont beaux à la Toussaint avec toutes les fleurs. Par contre j’ai toujours du mal à regarder les tombes des enfants, cela semble tellement injuste.
    Mais au fait quelle tombe cherchais-tu ?

    Répondre

Laisser un commentaire