De la qualité des eaux de baignade en Bretagne

Plage bretonne

Saviez-vous que l’état des eaux dans lesquelles vous allez vous baigner cet été en Bretagne est directement lié aux tranches de jambon que vous mangez…
Si, si, je sais ce que je dis !

La récolte des algues vertes, cette année, est très bonne sur les plages bretonnes … Un mois d’avril ensoleillé, quelques apports en nitrates de nos élevages locaux… et l’affaire est dans le sac sur la côte…
Des dizaines de camion nettoyent le littoral avant l’arrivée du juilletiste et de l’aoutien ! Une bonne cueillette dense, odorante, toxique même… et qui aurait un responsable

On crie, depuis des années, sur tous ces éleveurs de porcs qui ont bien du mal à évacuer les tonnes de déjections de leurs animaux… Mais attention, avant d’hurler, il faut reprendre le début de l’histoire… Ils ont eu une sacré responsabilité, les Bretons. On leur a demandé, il y a quelques décennies, de nourrir le pays. On leur a dit d’investir, de s’endetter et de produire. On leur a confié une grosse partie de la production française de poules et de cochons… sur leur petit bout de terre de Bretagne.

Et quand la pollution aux nitrates a commencé dans les rivières, les éleveurs ont fait des petits efforts … ils ont appris à gérer leurs productions d’excréments… Mais la région a continué à saturer en nitrates (vous connaissez le dicton local un peu de caca, ca va, trop de caca, bonjour les dégâts)…

Peut-être que le problème vient du caractère breton… Trop perso, pas du tout partageur… Il pourrait pu proposer d’exporter les déjections de ses cochons un peu partout en France. Ou mieux peut-être délocaliser certains élevages… dans d’autres terres de l’hexagone… Chacun aurait amender, avec ses animaux, sa terre… Non, visiblement, ce n’était pas dans l’air du temps…

J’ai une autre idée, plus folle encore… On pourrait rendre les animaux à la nature… et arrêter l’élevage hors sol.

En décrétant, par exemple, que le porc a le droit voir le soleil tous les jours, voire mieux de gambader dans l’herbe (au lieu d’être enfermé dans une petite cage à barreaux et de ne jamais pouvoir regarder ses fesses…)…
et de déféquer où il veut !
Et dans notre grand cœur, on pourrait faire d’une pierre deux coups… penser aux élevages de poules… A part celles de Janzé, qui peuvent se dégourdir les pattes, les volailles françaises (surtout les pondeuses) sont, elles aussi, enfermées dans des boites de quelques centimètres carrés… elles ne peuvent pas choisir leurs ami(e)s… supportent les caquètements du même voisin toute leur vie…, ne picoreront jamais un ver de terre ou ignorent la couleur des œufs qu’elles pondent….. Ce n’est qu’à la fin de leur courte vie, qu’elles apercevront l’extérieur, lors de leur dernier voyage en camion qui les mènera à l’abattoir…

J’arrête là… et je reviens à mes laitues de mer

Les eaux bretonnes

Si vous voulez vous baigner dans des eaux propres, mangez moins de viande ou au moins de la viande élevée dans des conditions décentes… et des œufs numérotés 0 ou 1*… Tout le monde ne s’en portera que mieux…

* 0 = bio, 1 = plein air, 2 = au sol, 3 = en cage

Lire cet article en anglais : The-quality-of-bathing-water-in-brittany

Partager :

14 réflexions au sujet de “De la qualité des eaux de baignade en Bretagne”

  1. Merci pour cette piqûre de rappel … ca fait du bien de le dire et de le redire … ca finira par rentrer .. les oeufs, c’est déjà un acte simple à faire , on achéte ceux marqués 0 .. et si tout le monde le fait … on avancera pour le reste …

    Répondre
  2. Bon je vais souvent à coté de cette plage ou on circule plus en costume qu’en maillot de bain.

    Les vieux bretons récupèrent les algues pour les mélanger à la terre de leur champ, il parait que c’est bien pour les légumes.

    Nous on va un peu plus loin se baigner.

    Répondre
  3. Je suis scrupuleusement tes conseils LN, depuis longtemps : le moins possible de charcuterie et des oeufs bio, et je bois de l’eau en bouteille, en Bretagne, quoi qu’on en dise. Tu aurais pu souligner aussi le manque de courage de nos élus régionaux pour régler cette sale histoire, qui dure depuis trop longtemps !

    Répondre
  4. Bravo pour ce billet en forme de coup de gueule, j’y adhère totalement. Y’en a marre de subir les pollutions de toutes sortes, de manger n’importe quoi et d’hypothéquer l’avenir de nos enfants et petits enfants.

    Répondre
  5. L’homme est devenu de plus en plus carnivore le jour où il a apprivoiser les animaux. La chasse à cette époque était trop dur. Et le mammouth ne courrait pas trop les rues.
    Il est devenu pollueur avec ces animaux domestiques, le jour où il a cru qu’il pourrait se faire de l’argent avec.
    Quand comprendra t il simplement à vivre avant de vouloir survivre ? Ce jour là, l’exploitation à outrance cessera, et les plages redeviendront ce qu’elles étaient, les champs de mêmes.

    Répondre
  6. beaucoup de choses à dire .LOl,le cochon,quelque soit l’époque n’a jamais couru dans l’herbe,le but a toujours été de l’engraisser pas d’en faire un sportif ,donc le cochon a toujours été enfermé .Ca c’est juste un petit point .
    Mais ,les bretons,faut bien qu’ils participent à l’effort ,comme toutes les autres régions,eux ce sont les porcs et volailles,ailleurs usines et industries .La population mondiale et francaise augmente,la longevite aussi ,il faut bien nourrir les gens .
    Quand à la perception du sens du bonheur de la poule…j’ai des doutes ,tu vois ….
    Quand au bio ,la meilleure invention de ces derniéres années pour faire casquer les clients ..
    Bon,comme tu vois,suis pas d’accord avec ton billet,mais j’ai vu grandir des bébés lapins ou autres ,et ensuite je les ai mangé,c’est la campagne,c’est la vie,il n’y a pas de quoi en faire un drame .
    Quand à un comm au dessus,lol,ca m’éclate de boire des bouteilles d’eau qui polluent ,mais c’est l’exemple parfait pour dire que chacun voit ce qu’il veut voir (moi y comprise ).

    Répondre
  7. Oh lala, Taka s’énerve… Sauf que moi non plus, je ne suis pas d’accord avec Taka ! LOL ! Enfermé le cochon… dans un enclos et pas entre des barreaux qui le boudinent, non je ne crois pas ! …. Oui les bretons doivent effectivement participer à l’effort national, mais peut etre peut-on le faire de façon intelligente ! Ce n’est pas parce qu’avant c’était comme ca …. qu’il ne faut rien changer !
    Pour la première fois depuis des décennies, l’espérance de vie des Américains a baissé…. à suivre ! Quant à la poule, pour en avoir eu longtemps dans le jardin de mes parents, je ne souhaite pas les voir enfermées, avec un tapis roulant sous les fesses qui emmènent leurs oeufs !
    Pour le bio, je ne suis évidemment pas d’accord, mais c’est trop long…. c’est trop facile comme réponse !
    Je ne dis pas qu’il ne faut pas tuer les animaux, je dis simplement qu’il est préférable (pour tout le monde, eux nous notre palais, qu’ils aient une vie décente)…. Je pense que tes bébés lapins étaient dans des cages propres (sinon ils meurent de toute façon! )…. Quant à ta dernière phrase, je suis par contre d’accord, on ne voit midi qu’à sa porte, pour sûr !

    Répondre
  8. non,je ne m’enerve pas,je discute et tu le sais .Ecoute,il y a ici pleins de vieilles fermes en ruine et je peux te dire que la porcherie était mini,mini,le cochon pouvait à peine bouger et ces sont des fermes du 18éme ,19éme .Le cochon ,pour qu’il engraisse,il doit pas bouger ,ca c’est un détail .
    Mais pour le reste,je dirais qu’une chose , je ne vais ni en hard-discounter,ni n’achete du bio(leux deux par choix).Mais regarde le budget de beaucoup de gens qui n’arrivent plus a boucler le mois le 20 ,faut bien qu’ils nourrissent leurs enfants à bas prix.Et donc les paysans font chuter les couts de productivité au maximum d’autant plus que les intermediaires et les distributeurs se font la part belle .Ensuite,le bio,pour moi,ce n’est absolument pas un signe de qualité ,je prefere manger un poulet de ferme pas bio que les poulets avec etiquettes bio sous vides qui sont pitoyables .Et le bio,c’est moins de productions ,donc cout elevé et j’en reviens au point de départ,les gens qui n’arrivent pas a finir le mois risque pas de manger bio .Comme tu le vois je jardine ,j’ai beaucoup de produits de ferme mais jamais de bio parce que c’est inutile .D’un coté tu as ceux qui mangent des sous-produits et de l’autre le bio,c’est chic mdr
    tu vois,je roule au bioethanol tu peux me dire c’est bien ca pollue pas .Je vais te répondre,non ca coute moins cher,voila la raison .Et un autre me dira,mais ca affame la planete,la culture pour le bioethanol…Et moi,je répondrais mais le bio,ca affame plus encore la planéte car peu de production donc…on tourne en rond .Mais une chose est sure,si tu voyais le peu de choses qu’il y a dans les assiettes chez certains tu pourrais pas dire qu’ on leur supprime oeuf,volailles de batterie,ils n’auront plus rien dans l’assiette,car déjà ils ont rarement de la viande dans l’assiette .Voilà.

    LN:
    C’est vrai que c’est aussi très chic de manger des produits du jardin (lol) et que ceux qui n’ont pas souvent de protéines animales dans leurs assiettes -les protéines végétales… c’est moins cher- n’ont pas la chance de pouvoir manger des produits (chics ou pas chics !) du jardin non plus ! mdr ! Faisons de l’anecdotique…. J’ai un copain qui est éleveur de cochons bio. Ses cochons ne vivent pas en cage mais dehors avec de quoi se dégourdir les jambes ! Et ca ne pue même pas chez lui !
    Répondre
  9. Difficile d’être un consommateur parfait ! Toutefois on peut être avisé. En ce qui me concerne je préfère limiter ma consommation de viande, de toute façon on en mange trop, plutôt que d’acheter de l’élevage industriel. Si je ne prends pas du bio c’est du label rouge ou une bestiole élevée à la ferme… Le cochon en liberté ça existe même s’il est encore anecdotique et il est justement moins gras que ses congénères hors sol. Quant à la souffrance des animaux… elle est aussi la mienne.L’espérance de vie, les budgets… de long débats en perspective. Ceci-dit, comparez un paquet de gâteau ou autre produit d’une marque (peu importe laquelle) et prenez son équivalent de la marque Leclerc par exemple, le deuxième est effectivement moins cher mais très souvent bourré de E machin-chose !!
    Moi j’aimerais un peu plus de transparence dans les produits de consommation, après chacun fera des choix… On ne devrait plus pouvoir dire : "je ne savais pas"

    Répondre
  10. Un excellent billet et de très bons commentaires. J’aime beaucoup les réactions très réalistes de Taka. C’est vrai que le bio est parfois un truc de snobs. Personnellement, je ne crois pas aux productions bio ; je pense que c’est une belle arnaque qui profitent plus aux producteurs qu’à la planète.
    Et puis il faut arrêter avec la planète ! L’homme est bien prétentieux de penser qu’il a le pouvoir de faire exploser la planète. La Terre était très longtemps avant l’homme et elle le sera encore quand le dernier bipède aura disparu.
    Le trou dans la couche d’ozone est de la fumisterie, comme le trou de la sécu. Quant au réchauffement de la planète… il y a toujours eu des périodes chaudes et des périodes froides ; à la place du Sahara il y a eu des arbres ainsi qu’au pôle nord et il y a eu des rennes à Lyon. Donc l’homme devrat être un peu plus humble et arrêter de penser qu’il est plus fort que la Nature. C’est toujours elle qui aura le dernier mot et qui fera disparaître la race humaine quand bon lui semblera.
    Quand je pense que l’homme, avec toute sa belle technologie, n’a même pas été capable de prévoir le tsunami au Japon ! Les animaux, eux, l’avait senti et s’étaient sauvés bien avant le tremblement de terre.

    Répondre
  11. Le débat continue…. Je pense que c’est un choix de société qu’il faut faire…. Quand on voit dans les médias tous les dégats que la planète subit, je crois qu’il faut la ménager si l’on veut qu’elle dure encore… et nous avec…. Alors, je crois que le bio est plus « bienfaisant » que malfaisant… et que s’il est plus cher, c’est uniquement qu’il n’est pas subventionné…. Si l’agriculture « normale » n’était pas « aidée » par les fonds européens de la PAC…. on paierait tout beaucoup plus cher aussi !…. c’est aussi ca les choix de société…. subventionner pour utiliser des tonnes de pesticides…. qui profitent… à de très grosses boites… multinationales… il y a aussi ceux tous ces éleveurs qui préfèrent donner à leur bétail de la nourriture qui vient du bout du monde… c’est vrai qu’on est dans une drôle de logique ! Je suis étonnée que vous ne tapiez pas sur ces gros agricultuers qui recoivent des millions de subventions…. et qui s’en mettent plein les poches et se contrefichent de la planète ! Par contre le bio (le local pas les poires bio qui viennent d’Argentine et qui pour moi ne devrait pas arborer le logo bio !)…c’est plus cher… mais c’est plus logique ! En tout cas dans ma logique… Mais en faisant de vrais choix de société, il pourrait être moins cher !

    Répondre
  12. Sinon, les derniers chiffres de la récolte 2011 (15 juillet 2011 Le Monde) en algues vertes : 25000 m3 fin juin soit le double de l’année dernière ! et ses deux marcassins morts retrouvés sur la plage de Saint Maurice, à Morieux en Côtes d’Armor ! …. et on ne parle pas des chiens qui succombent tout autant ! La plage a été fermée puisque les algues vertes qui se décomposent créent des gaz toxiques ! L’article ajoute que 90 à 99 % de l’apport en azote vient du lessivage des terres agricoles : un tiers des engrais chimiques, un autre tiers à l’élevage bovin et le dernier tiers aux porcs et aux volailles !…. On a beau ramassé (court terme… les ramasseurs sont équipées de masques et de détecteur portatif de gaz) ou dire que la prolifération des laitues de mer vient de la marée noire de l’Amaco Cadiz qui a tué les bigorneaux qui se rassasiaient en algues, … on n’est pas au bout du problème. Et si l’article parle de méthanisation du lisier pour produire du biogaz, l’auteur ajoute que ca ne changera rien !La seule solution c’est de traiter le problème à la base : un nombre raisonnable de betail sur une terre donnée pour que l’épandage du lisier ne se transforme pas en « surépandage »… On est très loin des 2 à 3 mg/l de nitrates qu’il y avait naturellement dans les rivières bretonnes ! … (30 mg l …. aujourd’hui et pour que l’on sente une évolution il faudrait atteindre un seuil au dessous de 10…. et la conclusion du journaliste n’est guère réjouissante… il faudrait faire « un effort considérable » pour atteindre ce seuil ! bref

    Répondre

Laisser un commentaire