C’est quoi être breton ?

Un petit clin d’oeil à l’actualité…
Qu’est ce que ca veut dire pour vous « être breton » ? Apparemment, c’est une question récurrente puisque Facebook a lancé un défi en janvier : inscrire 150 000 Bretons en 48 heures sur une même page. Et … il y a eu rush et réussite…
Le magazine BRETONS de février rappelle le livre de Morvan Lebesque « Comment peut-on être Breton ? », qui date déjà de quelques années…

Je sais que le Conseil Régional prépare aussi une grande étude sur le sujet… Bref, peut être une définition de l’identité bretonne en devenir… car l’identité régionale, comme l’identité tout court, est une question d’époque.

Faites donc ce petit jeu.

Quand vous vous sentez Breton

Dans les clichés d’hier et d’aujourd’hui !

– Vous ne dansez que dans les Fest Noz !!!
– Vous pestez contre l’abandon des phares par leurs gardiens (c’est la tradition qui s’en va!)
– Vous admirez les prouesses de vos ancêtres en contemplant les menhirs !
– Vous jurez que votre grand mère portait une coiffe au siècle dernier !

– Vous ponctuez toutes vos phrases d’un Kenavo !
– Vous arborez un autocollant « A l’aise Breizh » sur la voiture
– Vous ne ratez jamais le festival des vieilles charrues, la route du rock

Dans la gastronomie bretonne

– Vous ne vous régalez que dans une crêperie
– Vous achetez uniquement des choux fleurs « Prince de bretagne » (et produits en bretagne!)

– Vous dégustez vos huitres sur le port de Cancale (et pendant les bons mois…)
– Vous ne jurez que par les fraises de Plougastel…

Le patrimoine sportif, culturel ou naturel breton

– La thalasso, c’est dans la ville corsaire de Saint Malo
– Le chemin des douaniers ou le Tro Breizh, c’est quand même mieux que Compostelle !

– Un gite à Brocéliande, rien de mieux pour faire le point !
– Le camping sauvage dans les Monts d’Arrée, c’est fantaaaastique !

– Les hôtels de charme sur les îles bretonnes, c’est le pied !

… Je pourrais continuer dans les clichés (LOL) …. mais je vous laisse la plume !!!! Car votre avis m’interesse !!!

Partager :

12 réflexions au sujet de “C’est quoi être breton ?”

  1. J’aime bien tes clichés.. Je m’en approprierais bien quelques uns.

    Bretonne par ma mère je suis.
    En Ille-Vilaine je vis.
    Ce n’est pas la Bretagne profonde.
    Mais infiniment bretonne je me sens.
    J’aime la musique bretonne.
    J’aime la danse bretonne.
    J’aime l’air humide breton.
    J’aime les rivages bretons.
    J’aime les landes et les forêts bretonnes.
    J’aime l’architecture bretonne.
    Etc…
    Etc…

    J’aime découvrir d’autres paysages loin, loin d’ici. Mais quand je reviens je me sens heureuse de retrouver tout ce qui fait la Bretagne.

    Je suis fière de la Bretagne, et de toutes ses richesses, économiques et culturelles.

    Répondre
  2. Quand est-ce que je me sens Bretonne ? Mais tout le temps? Je vis à Rennes où je suis née et je suis attachée à ma région tout en étant ouverte aux autres cultures. Etre fière de sa région ne veut pas dire que l’on n’apprécie pas les autres. Je ne parle pas breton, je ne vais pas dans les fest noz mais j’aime les galettes, les crêpes, les paysages bretons, la musique bretonne….

    Répondre
  3. "Le conseil régional prépare aussi une grande étude sur le sujet… Bref, peut être une définition de l’identité bretonne en devenir… car l’identité régionale, comme l’identité tout court, est une question d’époque."
    Attention chère LN , reprenez-vous, personne ne vous demande de singer Besson. Les bretons sont bien placés pour saisir les ambiguïtés de certains questionnaires concernant leur identité.

    Répondre
  4. Merci Annick et la lorgnette pour m’avoir laissé vos impressions.
    Quant à vous, cher Kougibo, si j’évoque ce thème, c’est bien parce qu’il interroge…
    Le site de Bretagne qui est tu, qui a cessé de publier depuis l’été 2009 (je crois), avait plus de 3000 visiteurs par jour !
    C’est bien que le sujet ne laisse pas indifférent. Je n’ai pas vu le questionnaire du Conseil général, et j’ai hâte que le document sorte, justement, … pour voir qui je "singe" ! Morvan Lebesque était journaliste au Canard Enchainé, et c’est pourtant lui qui a parlé d’identité bretonne dans son livre Comment peut-on être Breton ? il y a 40 ans ! Il singeait qui ?

    Allez, le sujet peut être traité avec un peu d’humour, cela ne nuit pas dans ces cas là, n’est ce pas Kougibo ! ca permet de prendre du recul pour mieux avancer !
    Et puis mes petits clichés ne sont pas bien méchants, non ?
    Vous pensez quoi du projet artistique de la vallée des saints (billet du 19 janvier !) ?

    Répondre
  5. la marche de Bretagne s’arrêtant au environ de Bouin, je revendique être bretonne habitant Pornic … tout le Pays de Retz devrait appartenir à la Région Bretonne , l’Histoire nous le rappelle tous les jours !
    et j’aime par dessus tout, les contes et légendes bretonnes, les sites historiques bretons , la beauté sauvage de la Bretagne, son climat, son ouverture sur l’océan, ses traditons folkloriques, sa gastronomie genre crêpes un peu moins !! lol …

    Répondre
  6. C’est clair, en voilà un autre, un autre beau sujet de polémique possible : définitions de la géographie bretonne ou de la Bretagne historique…
    Tous tes attributs font partie d’une Bretagne, c’est évident !

    Répondre
  7. L’identité bretonne est forcément d’actualité….car, peu à peu, elle disparaît!!!Les pays qui ne doutent pas d’eux mêmes ne se posent pas ce genre de questions.Les Bretons sont apparemment fiers d’être bretons, voir le nombre d’autocollants proclamant cet attachement. Mais cela s’arrête là…La langue bretonne disparait tranquillement sans aucun sursaut pour la sauver: or, imaginez vous la France et la culture française sans la langue française; elle se résumerait à quelques vieilles pratiques; la baguette, la danse des canards, le port du béret pour les provocateurs….Nous en sommes un peu là en Bretagne, si on excepte une identité sociologique plus complexe.

    Répondre
  8. Merci Yves pour votre point de vue… Je traduirais la baguette par la galette, la danse des canrds par les "fest noz (oups… ca ne va pas plaire), le béret par la coiffe…
    Oui les Bretons sont attachés à leur Bretagne… de façon irrationnelle et non réfléchie…
    Je suis étonnée que personne ne m’ait parlé de Bécassine ou du triskell…

    Répondre
  9. Quel débat ! Je vous invite à lire "fils de ploucs" de Jean Rohou. C’est une fine analyse historique de la Bretagne, des bretons et leurs mentalité, les femmes, l’alcool, leurs diversités… c’est à la fois un document historique et un récit personnel. A lire…
    Sinon, continuons à avoir assez d’humour pour aimer les clichés et les caricatures… si vous voyez ce que je veux dire…

    Répondre
  10. J’ai lu le premeir tome de Jean Rohou et j’ai vu qu’il a sorti la suite : le deuxième tome je crois avec le même titre…. Fils de Plouc…
    Le premier était très intéressant, j’imagine que le seocnd vaut aussi le coup d’être lu…

    Répondre
  11. demat breton de souche je suis je realise mes crepes et mes galettes a l anciennes et joue de la bombarde a mes heures perdues trugarez pour vos clichets ils sont splann et oui j oubliais j aprend aussi le breton et compte le retrencemettre aux autres kenavo

    Répondre
  12. Pour moi qui suis une femme de 38 ans déja !mère et femme, ce que je trouve de commun entre moi et mes amie femmes d’ ici c’est notre sauvagerie. Je vis à Saint Brieuc depuis toujours et je crois que nous sommes comme notre mer, les marées vont loin et découvrent des paysages aveugles à nos yeux à marée haute, tout ce qui se cache en dessous… Il faut savoir faire face à ce grand vide le découvrir, l’apprivoiser… Nous ne macheons pas nos mots mais nous sommes entier, fougueux et vif pareil aux rafales salés qui giflent nos corps aux abords de nos côtes. Nous sommes les quatres saisons dans une seule journée, nous sommes contemplatif et obstiné, nous ne faisons pas de quartiers .L’amitié nous est essentiel même si nous semblons bourrus de prime abords nous sommes chaleureux et très ouvert en réalité.
    Sarah BERTHELOT LAISNE

    Répondre

Laisser un commentaire