Les 11 dolmens de Barnenez : un tumulus du Finistère (Bretagne)

Besoin d’une visite guidée à Barnenez ? Faisons le point ensemble :

– Barnenez est une construction qui date du néolithique ?

– Obélix s’en est servi comme carrière de pierres ?

– Il y avait plusieurs cairns sur le site actuel ?

– Le tumulus fait plus de 100 mètres de long ?
– C’est l’ancêtre de la voute en pierre ?

– Barnenez est la tombe d’une femme préhistorique ?

Vous voulez les réponses ?

Le cairn de Barnenez est sur un des bouts du monde de la Bretagne, une presqu’île du Finistère, à Plouezoc’h… Ce Parthénon de la préhistoire (comme l’a appelé Malraux) revient de loin, de très loin même… puisqu’il a failli être arasé en 1954. On n’en admire plus qu’un unique exemplaire aujourd’hui parce que cette énorme construction néolithique de plus de 72 mètres de long n’était pas seule, mais accompagné d’un autre monument.

Qui a disparu. Il a servi de carrière de pierres et celui que l’on peut encore voir aujourd’hui, devait subir le même sort quand, in extremis, les représentants de la culture de l’époque (le ministère de la culture n’existe pas) l’ont protégé et sauvé du démantèlement.

Cairn de profil

Pourtant la butte est signalée dès le XVIIIè siècle sur les cartes et bientôt sur les guides mais on ne devine pas encore l’importance du site

En 1807 le tumulus est cité dans le cadastre napoléonien, puis en 1850 lors d’une réunion scientifique par le maire de la commune de Plouezoc’h. Ces signalements ne suffiront pas à protéger le monument, qui sera la proie d’un entrepreneur au cours du XXe siècle. Se servant d’un premier cairn comme de carrière de pierre, il sera stoppé de justesse en 1955 par les autorités au moment de se servir du second. À ce moment, et en urgence, le cairn restant sera classé à la demande de Pierre-Roland Giot (Directeur des antiquités historiques de Bretagne). Ce sera aussi le déclenchement des premières fouilles sur le site.

En arrivant le site, on découvre l’importance du tumulus (structure qui recouvre une tombe).

Le grand cairn (amoncellement de pierres) est constitué de deux parties d’époques différentes et abrite 11 chambres funéraires (dolmens à couloir) donnant toutes sur le côté sud est.

Plan du cainr de Barnenez

Construit entre 5000 et 4000 ans avant JC, avec quelques siècles de différences entre l’édification du premier et du second cairn, il a été fréquenté pendant plusieurs dizaines de siècles, même après le Néolithique : certains objets retrouvés dateraient du Moyen Age.

Le premier cairn (le plus vieux et le plus proche de l’entrée) est constitué des pierres affleurant autour du site : 2000 mètres cubes soit quelque 4000 tonnes de matériaux. .. On a pu estimer que les rassembler à la main nécessiterait 10 000 à 12 000 journées de travail (… une dizaine d’ouvriers durant 3 ou 4 ans). Subvenir à la nourriture d’une telle équipe –ou de son équivalent à temps partiel travaillant, par exemple, en morte saison agricole – devait malgré tout rester à la portée d’un groupe de quelques centaines de personnes… (*)

Tumulus de Barnenez

L’ensemble du cairn est constitué d’un amoncellement de pierres sèches (pierres qui sont empilées les unes sur les autres sans mortier) jusqu’à une hauteur de plus de 8 mètres

Le second cairn (qui est collé au premier, mais il faut être un spécialiste pour trouver le début ou la fin du premier ou du second !) est encore plus monumental : deux fois plus important en volume (*). Et les pierres utilisées ont été transportées de sites alentour (1 km de distance). On estime le travail nécessaire 4 à 5 fois supérieur (*).

A ces pierres sont associées, pour certains éléments de la structure, des dalles de plusieurs dizaines de tonnes qu’il fallait transporter aussi jusqu’en haut de la colline…

C’est sur ce deuxième cairn que l’on peut découvrir les chambres funéraires du monument. Au bout du tumulus, un trou (le début de la fameuse carrière) permet de découvrir les constructions de l’intérieur. Quel outil pédagogique! Surtout que chacune des chambres « ouvertes » a sa spécificité :

L’une d’elles est une salle mégalithique (*) (en pierres) : des dalles de pierres de plusieurs tonnes constituent les murs et le toit.

Une autre est une chambre avec, en coupe, une fausse coupole :

Fausse coupole dans un monument mégalithique à Barnenez

c’est une voute constituée d’un empilement de pierres où chacune d’entre elles est décalée jusqu’à la fermeture de la voute, le tout maintenu et caché par la structure.

Une autre mélange les deux architectures : dalles de pierres et coupole.

Dalles de pierre de Barnenez

Peu de dalles sont utilisées : peut être parce que les dalles étaient difficiles à transporter… ou encore qu’elles étaient rares ou encore parce qu’avec l’expérience, les bâtisseurs du néolithique s’étaient rendu compte qu’elles se brisaient sous le poids du tumulus. Certaines dalles de plusieurs tonnes sont « fendues » dans le cairn.

Cette salle était fermée mais il y avait un «  hublot » qui permettait peut être d’apporter des offrandes dans la chambre.

Toutes ces chambres étaient des tombes, individuelles (hommes ou femmes importants nous a expliqué le guide) ou collectives, auxquelles on accédait par un couloir… (un passage symbolique entre deux mondes…).

Couloir d'une des chambres de Barnenez

Cette incroyable structure en pierre, ce mausolée néolithique (*), est construit dans une presqu’île, sur une hauteur naturelle…

Le paysage à l’époque était différent et même si le niveau de la mer à l’époque était plus bas, le lieu n’a pas été choisi au hasard.

Vue sur la baie de Plouezoc'h

Les architectes préhistoriques cherchaient sûrement à admirer la mer… ou à être vu de loin… et à dominer leur espace.

Baie de Morlaix

Il reste encore bien des choses à découvrir … Allez y pendant les vacances, passez un petit week end dans le Finistère et surtout profitez des 3 visites guidées par jour pour tout apprendre sur ce lieu insolite, sur les recherches de l’archéologie en Bretagne . Et sur l’architecture de la préhistoire…

Sources : * Le grand cairn de Barnenez, Mausolée néolithique de Charles Tanguy Le Roux et Yannick Lecerf

Lire cet article en anglais : Neolithic tourism in Brittany (France) : 11 passage graves in the cairn of Barnenez

Partager :

8 réflexions au sujet de “Les 11 dolmens de Barnenez : un tumulus du Finistère (Bretagne)”

  1. Très impressionnant surtout quand on se dit que le site en comptait d’autres, des constructions monumentales comme celles-là et qu’elles ont été détruites.
    Quel dommage !

    Répondre
  2. Ca vaut le coup de le visiter… le panorama tout autour est très beau, le site est surprenant et la construction, cette construction mégalithique monumentale est impressionnante… je conseille vraiment la visite guidée sinon on rate quelque chose…

    Répondre
  3. Voici une belle présentation des dolmens du Finistère, notre aatrimoine monumental breton. J’habite dans la région parisienne et je viens l’été faire du tourisme en Bretagne, et plus précisement dans le finistere ! J’aime pendant ces vacances dans le finistere découvrir les architectes de la prehistoire ! Comprendre ce qu’est un mur de pierres seches du neolithique, pouvoir comprendre la définition d’un tumulus, d’une fausse coupole ! Votre article est bien fait, je percois la définition de ce qu’est un cairns ! C’est vrai que ce patrimoine et ses sites archéologiques insolites en Bretagne permettent de se projetter dans le passé et de se rendre compte de toutes les évolutions qu’ont connu notre monde depuis la préhistoire ! N’epêche qu’ils savaient construire des voutes nos hommes préhistoriques !

    Répondre

Laisser un commentaire