Roscoff : porte vers l’Angleterre et l’Irlande

Il était une fois une voie express à Roscoff, qui menait à la 4 voies Paris-Brest. Mais par quel heureux hasard Rosko, comme disent les Bretons, posséde-t-il pareille route ?


1 – Cette 4 voies a-t-elle été construite parce que Roscoff est le port des ferrys vers l’Angleterre ou l’Irlande ?

2 – Ou parce que Johnny est à l’origine de cette amitié anglo-française !

3- Ou est-ce due à une certaine histoire d’amour entre une reine d’Ecosse et un roi français ?

4 – Ou plutôt à une histoire d’armateurs, de corsaires et de pirates !


1 – Cette 4 voies a-t- elle été construite parce que Roscoff est le port des ferrys vers l’Angleterre ou l’Irlande ?

Si vous êtes un habitué de Roscoff, vous l’avez prise cette voie rapide qui longe la baie de Morlaix. Par quel miracle, Roscoff (3 à 4 000 habitants) a –t-elle ce privilège ?
Certes, Roscoff, c’est le ferry vers Plymouth et Cork. Et pour les Anglais et les Irlandais, c’est le début des vacances… en France.

C’est un début de réponse mais pourquoi Roscoff plutôt qu’un autre port de la côte bretonne ?

Et bien pour des raisons économiques… qui s’explique par des raisons climatiques

Toute la région autour de Roscoff bénéficie de deux atouts majeurs :

– un climat très régulier avec une amplitude thermique faible (différence entre les températures les plus hautes et les plus basses) due au Gulf Stream (courant d’eau chaude qui passe devant Roscoff)

– l’excellence de ses terres (qui se vendent 12 000 à 16 000 fr l’hectare, en 1884 dans le guide Joanne).

Oui, et alors…

Alors cela crée les conditions uniques pour une agriculture exceptionnelle.

On récolte presque sans interruption même en hiver … Les produits agricoles de Roscoff sont expédiées à Paris, à Brest, dans les ports de Hollande et d’Angleterre et surtout sur les côtes anglaises de Cornouaille : en 1875, il a été expédié de 7 803 055 tonnes de pommes de terre, 2 millions de kg d’artichauts… la jetée du port est pleine de charrettes qui apportent les légumes pour les bateaux. (Guide Joanne de 1884)

Pas étonnant que cette partie du littoral soit appelée la Ceinture dorée. Les primeurs y poussent avec un bon temps d’avance sur le reste de la baie (3 semaines) et la douceur de la côte permet une succession de cultures rapides. Plus de 70 % des choux fleurs et artichauts français sont produits ici.

Si vous vous baladez sur les sentiers des douaniers du coin, vous verrez pousser la richesse agricole. Toutes les parcelles sont cultivées.

Et cette production, il faut bien l’écouler. Sans s’inquiéter des marées qui vident le vieux port et gênent le traffic commercial. Roscoff a besoin d’un port en eau profonde et de l’énergie d’un homme, Alexis Gourvennec qui crée avec les capitaux des agriculteurs (et l’aide de l’état qui veut désenclaver le Finistère) une ligne avec l’Angleterre pour écouler les légumes de la région (1972). Et les touristes … C’est comme ça que la Brittany Ferries a commencé les liaisons transmanche.

Ferry en partance de Roscoff

2 – Ou parce que Johnny est à l’origine de cette amitié anglo-française !

Cette liaison avec l’Outre Manche ne date pas d’hier, ni de Johnny.

Les oignons de Roscoff avaient déjà crée le passage. Oui, en 1828, un des premiers Johnnies part en Angleterre exporter ses oignons rosés. On appelait ainsi ses marchands car, à l’époque, ils emmenaient avec eux leurs jeunes enfants. Les Britanniques les surnommaient Johnnies (petit Jean car tous les Bretons s’appelaient Yann (Jean) à l’époque !!!). De la mi juillet, pour 5 à 9 mois, les vélos couverts de tresses d’oignons, ces hommes faisaient du porte à porte. Plus de 1200 Johnnies ont fait la traversée avant la 2e Guerre Mondiale.

Cette race d’oignon rosé a été rapportée du Portugal par un moine (mi XVIè) et s’est peu à peu imposé dans la région. En effet, pour les marins toujours en lutte contre le scorbut (maladie due à un manque de vitamines), l’oignon était pratique pour les navires ; il pouvait être emmené à bord et conservé retardant ainsi les effets de la maladie sur les équipages. Le commerce s’est arrêté après la guerre. Un petit musée à Roscoff retrace cet épisode roscovite.


3- Ou est-ce due à une certaine histoire d’amour entre une reine d’Ecosse et un roi français ?

Les liens avec l’Angleterre existaient bien avant cette histoire d’oignon… Marie Stuart, la reine d’Ecosse… La légende dit qu’elle aurait résidé ici.

La future femme de François II accosta à Roscoff en 1548 pour aller rejoindre la Cour de France, y poursuivre son éducation avant d’épouser 10 ans plus tard en 1558 le roi. Mais c’est une légende, car les maisons où elle aurait résidé n’existaient pas à l’époque!!! La chapelle Saint Ninien

Marie Stuart et la chapelle Saint Ninien

ou plutôt ce qu’il en reste (tout prêt de la tour de guet, vestige des anciens remparts de la ville) commémore l’épisode écossais.


4 – Ou plutôt à une histoire d’armateurs, de corsaires et de pirates !

Les relations avec l’ennemi héréditaire –je parle des Anglais- sont aujourd’hui, non seulement apaisées, mais fort nombreuses, il n’en a pas toujours été ainsi.
Au Moyen Age et même après, Roscoff a été à maintes reprises attaqué et détruit par les Anglais. L’honneur est sauf car l’inverse est aussi vrai. Egalité alors…

Maison roscovite sur le port

C’est un « trou de flibustiers, vieux nid à corsaires » (Tristan Corbière poète breton du XIXè) et un port qui commerce avec les Flandres, l’Espagne ou le Portugal (lin, toiles, sel…) jusqu’à la Révolution où il devient un lieu de contrebande d’eau de vie, de thé et de genièvre avec les Anglais … Les Wines and Beer sont les dignes successeurs de cette époque !!!

Cette richesse des armateurs a laissé des traces : lucarnes et autres sculptures dans le granit décorent les maisons roscovites.

Dragon de l'île de Batz sculpté sur une des maisons roscovites

Une petite carte pour vous repérer…

Lisez cet article en anglais : Roscoff gateway to Britain and Ireland

Partager :

7 réflexions au sujet de “Roscoff : porte vers l’Angleterre et l’Irlande”

  1. Voilà une ville bien bretonne, avec son granit gris… J’y passe régulièrement sans m’y arrêter car je pars d’ici pour aller en Irlande. Après avoir lu ce billet, je ferai la prochaine fois un petit tour dans la ville avant d’aller à la gare maritime où la Britanny Ferries oeuvre. Je ne savais pas que que la région produisait autant de primeurs et que les algues étaient si réputées. Il faut vraiment que la prochaine fois je m’arrête avant de prendre mon billet pour l’Irlande…

    Répondre
  2. J ai du mal avec les commentaires a cause du zéro barré; J ignorais tout de ce que tu nous a si bien raconté;j étais là bas en 91.Pendant toute ma vie professionnelle, j étais aussi un frontalier, habitant en Alsace j allais tous les jours en Suisse.
    Bonne soirée Latil

    Répondre
  3. Pour aller à Batz, dois je partir de Roscoff ou y a t il d’autres bateaux ou vedettes qui peuvent vous y emmener d’un autre leiu ?

    Répondre
  4. De Roscoff on peut partir vers Batz si l’on se rend sur le port qui est dans le centre de la ville. Si vous voulez partir outre manche, les ferrys vous y emmenent aussi. mais c’est du port du Bloscon, en dehors du centre que vous devrez aller ! C’est fléché et … Roscoff n’est pas non plus une ville immense ! Bonne journée

    Répondre
  5. De roscoff on peut partir en Angleterre ou faire le Voyage jusqu’en Irlande, le Ferry est sur pour l’outre manche, on ne risque plus de croiser des corsaires ou des pirates … Je n’ai non plus jamais vu de Johnny qui partaient de Roscoff,

    Répondre
  6. Je passe par Roscoff pour ma traversee pour l’Irland, le Ferry est dans le grand port de Roscoff, je reviens de mes Vacances en Bretagne et j’aime regarder la Richesse agricole et ceinture dorée à Roscoff ! Bon Sejour

    Répondre

Laisser un commentaire